Poêles et Cheminées

Le poêle ou la cheminée reste l’un des modes de chauffage les plus populaires. Que ce soit en chauffage principal ou en chauffage d’appoint, vous trouverez le type de poêle ou de cheminée qui convient le mieux à votre habitation. Le choix du combustible se fera en fonction de la performance attendue et de votre budget.

Photo représentant l'article Poêles et Cheminées

Quels sont les critères pour choisir votre poêle ?

Au-delà du prix du modèle et des aides financières dont vous pouvez bénéficier, il y a 3 critères à prendre en compte pour bien choisir un poêle pour le chauffage de votre maison ou pour le chauffage d’appoint dans une pièce de votre habitation :

- Choisir la source d’énergie d‘un poêle : Actuellement, les poêles de chauffage sur le marché fonctionnent au bois (bûches, granulés, plaquettes), à l’électricité, au pétrole, au bioéthanol, au gaz ou au fioul. La configuration de certains logements impose le choix de l’énergie, du fait par exemple de l’impossibilité de stocker le combustible (bois, pétrole, bioéthanol), ou de l’absence de conduit d’évacuation de fumée dans la pièce. Or la création d’un conduit représente un coût supplémentaire qu’il est nécessaire de prendre en compte et d’anticiper. - La puissance et le rendement : La puissance et le rendement du poêle sont le 2e élément à étudier pour choisir le type de poêle à installer dans votre habitation. Souhaitez-vous chauffer le logement entier, ou seulement utiliser le poêle comme appareil de chauffage d’appoint dans une pièce, ou encore si vous souhaitez créer une ambiance cosy au coin du feu sans rechercher un rendement particulier. - La diffusion de chaleur : Pour bénéficier de chaleur tout au long de la journée, ou optimiser la température dans les pièces de la maison, il faut étudier le type de diffusion de la chaleur. Par défaut, les poêles chauffent l’air à proximité de l’appareil, comme les cheminées. En installant des conduits dans les murs ou les plafonds, il est possible de diffuser l’air chaud du foyer dans toutes les pièces (poêle canalisable). Il existe également des modèles de poêles hydrauliques. Contrairement aux poêles canalisables, ils ne diffusent pas de l’air chaud, mais de l’eau préalablement chauffée dans un ballon d’eau chaude à l’arrière de l’appareil, comme le ferait une chaudière.

Quels sont les différents types de poêles à bois ?

Il existe plusieurs types de poêle à bois : le poêle à bûches, le poêle à granulés, le poêle à plaquettes, le poêle mixte bûches et granulés, etc :

- Le poêle à bûches doit être alimenté régulièrement. La longueur des bûches varie en fonction des modèles. Dans tous les cas, il faut utiliser du bois bien sec. Le rendement du poêle à bûches varie de 70 à 85 %. Cet équipement peut être très vite amorti grâce au faible coût du combustible. En fonction de la répartition des pièces, il peut être utilisé comme chauffage unique ou être complété par un autre mode de chauffage, pour les chambres situées à l’étage par exemple. Un poêle à bûches ne tombe jamais en panne et fonctionne même en cas de coupure de courant prolongée. Le prix d’un poêle à bûches dépend de sa puissance et de sa performance. En entrée de gamme, on trouve des modèles à 500 € pour une puissance de 5 kW. Le milieu de gamme se situe entre 1 000 et 2 000 €. Les poêles à bûches haut de gamme peuvent atteindre 2700 €.

- Le poêle à granulés offre une autonomie supérieure au poêle à bûches. Ce mode de chauffage est très écologique car les granulés de bois sont fabriqués à partir de déchets de scierie. Ils doivent simplement être stockés dans un local à l’abri des intempéries. Les poêles à granulés sont très sophistiqués. Ils utilisent toutes les technologies permettant une meilleure performance et une consommation de combustible réduite. Leur rendement peut largement dépasser 90 % avec un prix au kWh pouvant être de 40 % inférieur à l’électricité. Le prix des poêles à granulés oscille entre 1 000 et 2 500 €. Avec un modèle haut de gamme à 3 600 €, vous bénéficiez des avantages suivants : un encombrement réduit, un foyer en fonte amovible, la possibilité de canaliser la chaleur vers d’autres pièces et un pilotage par smartphone.

- Les poêles à plaquettes fonctionnent avec du bois déchiqueté issu de l’industrie forestière. Le chargement peut être automatique ou manuel. Les poêles à plaquettes offrent un rendement de plus de 90 %. Les plaquettes sont particulièrement économiques à l’achat. Leur principal inconvénient est qu’elles ne sont pas encore disponibles partout et qu’elles nécessitent un grand espace de stockage. Le prix au kWh est de seulement 0,03 € kWh, contre 0,17 € pour l’électricité.

- Les poêles mixtes fonctionnent indifféremment avec des bûches ou des granulés et combinent les avantages de ces deux systèmes.

Qu’est ce que le poêle à pétrole ?

Le poêle à pétrole présente de nombreux avantages : encombrement réduit, montée en température très rapide, facile à transporter et peu coûteux à l’achat

Le principal inconvénient du poêle à pétrole est qu’il est très polluant. Ce mode de chauffage ne convient donc pas au chauffage d’une habitation. Un poêle de chauffage à pétrole peut néanmoins être très utile pour chauffer ponctuellement un garage ou un atelier. Les prix varient de 100 à 500 €. Les modèles les plus onéreux offrent des fonctionnalités telles que l’injection électronique, l’arrêt/marche automatique, la régulation de la température.

Qu’est ce que le poêle au fioul ?

Le poêle au fioul apporte une touche rétro très tendance à tous les intérieurs. Si les modèles anciens sont à bannir des habitations en raison de la pollution qu’ils engendrent, les poêles au fioul récents peuvent être propres, silencieux et sans odeur. Certains modèles haut de gamme sont très esthétiques. Ils consomment peu de carburant en allure réduite, ce qui allège les factures et limite l’encrassement.

Un poêle de chauffage au fioul moderne ne nécessite aucun nettoyage en dehors d’un entretien annuel. Très robustes, ils peuvent avoir un dessus en fonte haute température qui les rend encore plus performants. Les prix débutent à 300 € pour un chauffage d’appoint. Pour chauffer une pièce principale, il faut débourser entre 800 et 1 200 €.

Qu’en est-il du poêle électrique ?

Le poêle électrique est à la base un radiateur habillé en poêle. Il combine l’esthétisme du poêle de chauffage avec la facilité d’utilisation de l’électricité. Un effet flamme et feu de bois renforce encore plus la ressemblance avec un poêle à bois. Vous trouverez des finitions dans tous les styles : émail, acier, fonte.

Comme ils n’utilisent aucun combustible et ne nécessitent pas de conduit d’évacuation, les poêles de chauffage électriques peuvent être installés partout où une prise de courant est disponible. Les poêles électriques peuvent être équipées d’un thermostat, d’un programmateur et être pilotées à distance. Le prix d’un poêle électrique varie de 100 à 800 €.

Quels sont les différents types de cheminées ?

Conviviale et véritable invitation au cocooning, la cheminée fait rêver. Pour certains, elle se doit d’être esthétique avant tout, pour d’autres, elle doit surtout être une solution de chauffage performante. Quel que soit votre avis sur la question, nous vous proposons de découvrir quelques-unes de ses caractéristiques :

- La cheminée à foyer ouvert : Ah le plaisir des bûches crépitantes dans la cheminée, quel magnifique spectacle. Mais pour profiter de sa chaleur, mieux vaut ne pas trop s’éloigner ! La cheminée à foyer ouvert chauffe en effet peu, avec un rendement de 10%, et consomme plus de bois que celle à foyer fermé. La chaleur produite part en fumée (c’est le cas de le dire !) dans le conduit d’évacuation. Il est donc impossible de s’en servir comme mode de chauffage. Elle sera purement décorative et conviviale. Si vous êtes malgré tout attaché à cet esthétisme, vous pouvez compenser le faible rendement en installant des récupérateurs de chaleur. Ces systèmes permettent de capter une partie de la chaleur produite pour la restituer dans la pièce. Son rendement peut alors atteindre 25 à 50% selon le modèle.

- L’insert et la cheminée à foyer fermé : Pour commencer, quelle est la différence entre l’insert et le foyer fermé ? L’insert s’encastre généralement dans une cheminée à foyer ouvert déjà existante, sans avoir à modifier le bâti. À l'inverse, le foyer fermé est posé en même temps que la cheminée. Tout dépend donc de votre installation existante. Leur fonctionnement ? L’air est aspiré en façade par le bas du foyer, se réchauffe à l’intérieur d’un caisson vitré pour être ensuite rejeté dans la partie haute et diffusé dans la pièce. Un réseau circulant dans un faux plafond ou sous les combles permet de diffuser plus efficacement la chaleur. Vous pouvez également installer des extracteurs qui diffuseront l’air chaud grâce à des bouches de chaleur réparties dans les différentes pièces de la maison.

Les cheminées à foyer fermé et les inserts offrent un rendement bien supérieur, allant de 70% à 85%, et une faible consommation de bois. Autre avantage, les portes en verre protègent des projections de braises. Sans oublier une esthétique et un plaisir du feu comparable à celui d’une cheminée traditionnelle. Sur certains appareils, la vitre peut même coulisser ou s’escamoter pour disparaître complètement.

Quelles sont les autres alternatives ?

Vous préférez un modèle plus décoratif ? Au gaz ou encore au bio éthanol, les cheminées d’aujourd’hui peuvent prendre différents visages et vous satisfaire, quels que soient votre budget ou vos envies :

  • Un foyer au bioéthanol : C’est une tendance très forte depuis quelques années qui a particulièrement séduit les hôtels et les restaurants. Rien d’étonnant, leur facilité d’installation, d’utilisation et d’entretien a donné une nouvelle dimension au plaisir du feu. En revanche, le foyer au bioéthanol ne chauffe pas et n’ouvre donc pas droit au crédit d’impôt. De plus ce combustible réalisé à partir de betteraves ou céréales distillées reste assez cher : 2€/litre au minimum , ce qui revient beaucoup plus cher que le bois, sans produire de chaleur !
  • La cheminée au gaz : La cheminée au gaz est une alternative qui, à la différence des systèmes au bioéthanol, chauffe très bien avec un rendement atteignant 90%. Avec ses bûches en céramique et ses flammes jaunes, elle imite à la perfection la cheminée traditionnelle au bois et ne nécessite pas de conduit. Une simple évacuation murale est suffisante pour les gaz de combustion. Les bûches en céramique sont alimentées soit par le gaz naturel, soit par une bouteille. Propre, design, facile à installer et encore plus à utiliser. Tous les modèles disposent d’un thermostat et certains sont même programmables sur plusieurs jours. Seuls bémols, elle n’ouvre malheureusement pas droit au crédit d’impôt et le combustible est moins bon marché que le bois.